English Version

Pourquoi nous accompagner

Accueil du site > Agir avec la fondation > Mécénat > Pourquoi nous accompagner


- Qui étaient nos ancêtres ?

- Lequel d’entre eux est sorti d’Afrique pour conquérir le reste du monde ?

- Pourquoi certains, tels les Néandertaliens, se sont éteints ?

- Comment les représentants de notre lignée ont-ils survécu aux variations climatiques ?

- Sommes-nous une espèce en voie d’extinction ?

- A quoi servent les grandes avancées technologiques : invention du feu, taille de la pierre, armes de chasse ?

- Comment interpréter les manifestations symboliques : apparition des sépultures et de l’art ?

Soit autant d’interrogations valables pour le temps présent et qui ont pour noms : enjeux démographiques, unité homme/nature et réchauffement climatique, partage et éthique du progrès scientifique, diversité culturelle.

PNG - 224 ko
le Prince Albert II de Monaco sur le terrain avec l’équipe du Professeur de Lumley en Ethiopie (site de Fejej).

Parce que l’homme n’est pas un animal comme les autres, il faut appréhender ses spécificités pour mieux le comprendre. Il est le fruit d’une évolution, longue de plusieurs millions d’années, qui l’a façonné en un seul genre (Homo) et une seule espèce (sapiens) et a vu s’épanouir toute la riche diversité de ses structures sociales et de ses productions culturelles. Des peintures préhistoriques de la grotte de Lascaux à la construction des cathédrales, l’homme se montre avant tout comme un être culturel et spirituel qui organise ses rapports à l’autre pour la survie du groupe. Hier comme aujourd’hui, le partage des taches et la gestion des ressources naturelles ont eu la même finalité : assurer sa subsistance et sa pérennité.

L’Institut de paléontologie humaine (I.P.H.) est la plus ancienne fondation de recherche au monde consacrée entièrement à l’étude de l’homme fossile, son évolution physique et culturelle, ses comportements et son environnement.

Il est l’œuvre pionnière de trois personnalités hors du commun : un savant et grand mécène, le Prince Albert Ier de Monaco, et deux scientifiques parmi les plus éminents, Marcellin Boule et l’abbé Henri Breuil.

Depuis presque un siècle, Il a joué un rôle majeur dans la formation de chercheurs français et étrangers, jetant les bases de collaborations internationales qui n’ont cessé de se renforcer.

A la tête d’un réseau de structures scientifiques et en collaboration avec des organismes tels que le CEA et le CEREGE, l’I.P.H. développe une approche pluridisciplinaire pour reconstituer l’évolution biologique et culturelle de l’homme au Quaternaire.

A la recherche des plus anciennes traces laissées par les préhistoriques, c’est avant tout sur le terrain que se développe son action : en France (grottes de Tautavel et du Lazaret, Mont Bego), en Afrique (Ethiopie et Mauritanie) et en Asie (Inde, Chine, Corée du sud).

JPG - 1.8 Mo
Fouilles à la grotte de l’Arago, Tautavel
JPG - 22 ko
JPG - 57.5 ko

Partout, des vestiges parfois vieux de plusieurs millions d’années (pierre taillée, os de grands mammifères, restes humains) ont été mis au jour contribuant à répondre à des questions fondamentales :

JPG - 2.6 Mo
Examen de restes humains

Le lien entre le passé et le présent est évident mais il implique que la société se réapproprie la science. De ce point de vue, les entreprises ont un rôle déterminant à jouer en soutenant nos actions. C’est pourquoi l’I.P.H. vous propose de participer directement à la découverte du patrimoine de l’humanité, d’œuvrer pour sa valorisation et sa préservation pour les générations futures ainsi que de soutenir un transfert de compétences scientifiques vers les pays émergents d’Afrique et d’Asie, c’est-à-dire ceux où les potentialités de faire des découvertes décisives sont les plus fortes.

JPG - 943.2 ko
Laboratoire de sédimentologie

Ensemble, nous pouvons continuer à explorer le monde à la recherche des plus anciens vestiges de l’humanité pour mieux comprendre les mécanismes qui président à son évolution morphologique et la complexité des comportements humains.

Une présentation plus complète en cliquant ci-dessous :

PDF - 1.6 Mo
Brochure - A la recherche de nos origines

Rappel des dispositions fiscales relatives aux dons

L’Institut de Paléontologie Humaine, en tant que fondation scientifique française reconnue d’utilité publique, est habilitée à recevoir des dons qui donnent droit à une réduction d’impôt selon les modalités suivantes :
-  66% du montant des sommes versées dans la limite de 20% du revenu imposable. Lorsque les dons excèdent la limite de 20%, l’excèdent est reporté successivement sur les cinq années suivantes et ouvre droit à réduction d’impôt dans les mêmes conditions (art. 3200 du code général des impôts).
-  Les redevables de l’ISF peuvent imputer sur l’impôt dû 75% du montant de leurs dons. La réduction ne peut excéder une limite annuelle fixée à 50 000 euros (art. 8850VbisA du code général des impôts).

Plus de précisions :

PDF - 848.7 ko
Dispositions fiscales

P.-S.

Contact : iph@mnhn.fr

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP