English Version

Le bâtiment

Un temple dédié à la préhistoire


Pour faire honneur à la science et rappeler le don fait à celle-ci par le Prince Albert Ier, c’est à l’architecte Emmanuel Pontremoli, grand prix de Rome en 1890 et directeur de l’École nationale supérieure des beaux-arts, que la conception de l’Institut de paléontologie humaine a été confiée. Pour sa réalisation, E. Pontremoli va faire appel entre 1911 et 1914 aux principaux artisans qui ont travaillé pour lui sur le chantier de la « folie à l’antique » de Théodore Reinach (la villa Kerylos de Beaulieu-sur-Mer).

Tout le génie de Pontremoli s’exprime dans le caractère monumental de ce bâtiment, desservi par une double façade contribuant à le mettre en scène à l’emplacement pourtant contraignant qui avait été choisi, tout en respectant un cahier des charges exigeant. Le vaste bâtiment livré en 1914 par E. Pontremoli représente sur quatre niveaux une composition faite de volumes imposants et de respect des impératifs scientifiques pour lesquels les outils les plus modernes d’alors sont mis en œuvre : laboratoires de photographie et de chimie, ateliers, salle de conférence et d’exposition, salles de collections, bibliothèque, salle de dessin, cabinets de travail.

Le riche programme décoratif des façades de l’institut, réalisé par le sculpteur Constant Roux, s’inspire essentiellement de scènes de la vie quotidienne des peuples dits primitifs, évoquées comme un écho aux temps préhistoriques.

Détails de la frise sculptée par Constant Roux, Institut de paléontologie humaine

Inuit découpant un caribouInuit découpant un caribou La chasse masquée chez les Peaux-Rouges, selon Catlin"la chasse masquée chez les peaux-rouges", inspirée de Catlin

JPG - 149.8 ko
Détail, masque polynésien

Plus de photographies à découvrir sur notre galerie Flickr

Location des espaces de l’IPH


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Espace privé | SPIP